signet

Histoire


Histoire de l'hôtel par JP NolyLes fondations de l’hôtel datent de 1267. Alors hôpital Saint-Jacques, il fournissait repas et couchage aux pèlerins sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au XVIIe siècle, il servira à l’enseignement des Jésuites, puis sera occupé par les Visitandines de Sainte-Marie. À la Révolution, l’édifice devient une prison, avant d’être un entrepôt de vivres et d’être détruit.

C’est un dénommé Joseph Bouchage, directeur de l’Hôtel du Parc, quai Nord, qui crée en 1800 un hôtel à cet emplacement. Ainsi est né le Grand Hôtel de l’Europe, 1er établissement hôtelier de Mâcon pendant près d’un siècle.

Parmi les célébrités descendues à l’hôtel, Zarafa, la première girafe à fouler le sol européen, fit halte à l’Hôtel d’Europe. Offerte en cadeau par le vice-roi d’Egypte à Charles X, Zarafa, accompagnée par l’éminent naturaliste, Geoffroy Saint-Hilaire, fit une courte escale en 1827 avant de rejoindre Paris.

Les portes des anciennes écuries gardent les traces de cette « cliente » si particulière.

En 1839, l’établissement est choisi pour accueillir le banquet de la municipalité en l’honneur d’Alphonse de Lamartine.

Petit à petit la réputation de l’hôtel traverse les frontières ce qui fait qu’une importante clientèle étrangère y séjourne. C’est sans doute à cause de cette clientèle en particulier anglaise, que le nom devient Grand Hôtel d’Europe et d’Angleterre au début du 20ème siècle.

La plaque de l’hôtel est toujours au même emplacement depuis cette date.


 


La période la plus faste de l’hôtel fut à partir de 1926, quand Victor Burtin, originaire de Paray le Monial, et après avoir été un chef réputé à Paris, Monte-Carlo, Wiesbaden et enfin à la Cour de Guillaume II à Berlin, vint s’installer à l’Hôtel d’Europe et d’Angleterre.

Dés la 2ème  année de l’existence du Guide Michelin, Victor Burtin reçoit les 3 macarons du Guide, en 1932. C’est le début de la période brillante de l’hôtel. Etape gastronomique incontournable, les clients se rendaient d’ailleurs à l’époque chez « Victor Burtin » et non plus à l’Hôtel d’Europe et d’Angleterre.

France Info – L’Histoire à la carte de Thierry Marx Victor Burtin y est évoqué à la fin de la chronique 2″52.

 

C’est également à cette époque que les hydravions amerrissaient sur la Saône devant l’hôtel, pour une escale technique vers la route des Indes. Nombreuses sont les anecdotes sur les personnalités qui venaient se restaurer ou se reposer le temps de l’escale. La plus célèbre d’entre elles fut sûrement la Reine Victoria.

les-hydravions-sur-la-route-des-indes

En consultant le fac similé du livre d’Or, nous pouvons citer depuis 1930 jusqu’aux années 70 :
L’Aga Khan, Churchill, Rockfeller, Raimu, Pagnol, Dali, Cocteau, Mistinguett, Joséphine Baker, Paul Reynaud, Jean Renoir, Van Dongen ou encore Colette qui y revenait souvent.
Le monde du cinéma et de la chanson n’est pas en reste avec Charles Vanel, Roger Vadim, Catherine Deneuve, Brigitte Bardot ou encore les Frères Jacques.

Rénové et repensé en 2013, nous espérons avoir rendu à ce lieu, une partie de sa majesté, en conservant tous les éléments que nous pouvions garder, tels que les sols en carreaux de ciments peints dans la masse qui viennent de Paray le Monial, ville natal de Victor Burtin, les cheminées qu’il y avait fait installer. En particulier celle de la salle des petits déjeuners avec son « frigo » devant laquelle se situait le bar, en 1930.